Souvenirs d'Emanon

À la fin des années 1960, un étudiant de retour de voyage croise sur le ferry une énigmatique jeune femme un peu bohème. À l’occasion de ce long trajet de nuit, les deux jeunes gens se rapprochent et se confient : Emanon se souvient de toute l’histoire de l’humanité ; elle serait en réalité âgée de plusieurs milliards d’années…

Après la publication de L’île errante dans sa collection seinen Latitudes, Ki-oon propose avec Souvenirs d’Emanon une œuvre antérieure de Kenji Tsuruta, sortie en 2008 au Japon.

Le mangaka adapte ici des nouvelles de l’écrivain Shinji Kajio, mettant en scène un personnage intrigant, qui s’intègre tout à fait dans le travail de Tsuruta qui aime à convoquer de jeunes, belles et fortes héroïnes - même si la figure de « femme mystérieuse » d’Emanon pourra sembler un brin cliché. Ce one-shot (qui pourrait être suivi d’autres opus puisque Kajio a écrit un ensemble de récits) aborde les thèmes de l’évolution, de la réincarnation, à travers une rencontre fugace, un amour impossible. Le titre fait la part belle au graphisme : les personnages sont expressifs, les décors soignés, la composition claire ; un dessin irréprochable valorisé par le grand format.

Cette création souffre malheureusement du défaut de sa qualité : si cette intrigue romantique, toute en ambiance, constitue une lecture agréable et plaisante à l’œil, elle demeure peu mémorable, ce que l’on pouvait déjà reprocher à Forget me not, un titre plus ancien de Tsuruta. En outre, le caractère mystérieux du scénario semblait appeler une fin ouverte mais la conclusion ôte un peu de la magie du propos.

Souvenirs d’Emanon permettra aux lecteurs friands d’atmosphère poétique de passer un bon moment, mais laissera sans doute une impression furtive...

Moyenne des chroniqueurs
6.0