Melvina

M elvina surprend une conversation entre ses parents ; son père veut accepter la promotion qui lui est proposée et la famille va encore devoir déménager ! Cette fois, c'en est trop pour la fillette qui a l'impression de ne pas compter pour les adultes. Ah... si elle pouvait grandir rapidement...

Avec ce point de départ, Rachele Aragno invite rapidement son lectorat à suivre ce qu'elle lui a concocté. Cette mise en place efficace est le prélude à une aventure merveilleuse. Une véritable quête au cours de laquelle son héroïne va croiser un tas de personnages tantôt inquiétants, énigmatiques, sympathiques ou amicaux, mais tous drôles et marquants. Si l'intrigue emprunte à l'évidence à l'Alice de Lewis Carroll, l'autrice italienne n'en livte pas une relecture sans saveur. Elle s'en inspire, dans l'atmosphère et le ton, avant de la dépasser pour proposer une toute autre histoire sur fond de quête initiatique faussement naïve.

En se questionnant, autant que ce qu'elle côtoie, sur la nécessité de grandir rapidement pour s'émanciper des adultes et de leurs décisions injustes, elle renvoie les lecteurs les plus âgés à la notion du temps qui passe trop vite, tout en offrant aux plus jeunes l'émerveillement. Son dessin vif, que ses aquarelles lumineuses habillent avec talent, transporte. Tant pis s'il manque parfois de précision ou que les expressions sont par moments trop marquées, l'intérêt est ailleurs. La trame, classique, se déroule avec facilité, la lisibilité est parfaite et le voyage plaisant. Les avertissements d'Otto, le partenaire de Melvina dans cette épopée, ne seront pas suffisants pour freiner l'entrain de l'héroïne et donc ses erreurs inéluctables. Les rebondissements qui en découlent, certainement éventés pour les plus perspicaces, impriment un rythme soutenu que les doubles pages, bien placées, aèrent. De quoi procurer une immersion pleine jusqu'au dénouement, heureux évidemment.

Pour sa première œuvre, Rachele Aragno fait des débuts réussis. À l'image de sa Melvina, l'autrice est généreuse dans son dessin et sa pagination, mais surtout dans son imagination. Elle donne envie de lire ses prochaines œuvres et se pose d'emblée comme une artiste pleine de talents, à suivre avec attention.

Moyenne des chroniqueurs
7.0