Gravé dans le sable 1. Gravé dans le sable

J uin 1944. Les premiers soldats américains partent à l'assaut des plages de Normandie. L'un d'entre eux, Oscar Arlington, est un trouillard. Mais un trouillard qui a beaucoup d'argent. Alors, quand son camarade Lucky lui propose de prendre sa place au front moyennant plus d'un million de dollars, le froussard accepte de signer « des deux mains » un contrat devant plusieurs témoins. Le « D day » venu, la chance n'est plus au rendez-vous, et Lucky – unlucky - tombe sous les balles. Ce n'est que vingt ans plus tard, au cours d'une commémoration, qu'Alice, sa veuve, apprendra le terrible concours de circonstances qui ont conduit à la mort de son époux, ainsi que le deal qui, à ce jour, n'a toujours pas été honoré. Écœurée, elle décide de retrouver Arlington, lequel, d'une manière ou d'une autre, devra payer.

« Le bien de la fortune est un bien périssable ; quand on bâtit sur elle, on bâtit sur le sable » - Honorat de Bueil

Jérôme Derache adapte le roman de Michel Bussy édité en 2014 et qui avait rencontré un vif succès auprès du public. Fort de près de cent trente pages, l'auteur des Astromômes et des Poêleurs a su retranscrire le suspense et la tension du récit en prenant le temps d'exposer chaque fait antéchronologiquement. Malgré les nombreux découpages temporels affichés en autant de séquences, l'exposé reste suffisamment rythmé pour tenir en haleine de bout en bout. Les événements et retournements de situation se bousculent, s'empilant les uns sur les autres. De cette façon, le lecteur n'aura que peu de répit pour en prendre connaissance avant de devoir en ingurgiter un suivant, ce qui aura pour effet autant de le dérouter par moments que de décupler son intérêt pour cette histoire édifiante. Car celle-ci s'attache à suivre le parcours méthodique et obstiné d'une femme d'exception, parce que courageuse et pugnace, en quête de vérité non seulement sur les conditions réelles du décès de son mari, mais aussi et surtout, sur la machination qui se trame derrière.

Cédric Fernandez (Les Faucheurs de vent, Saint-Exupéry) livre un dessin de bonne facture pour ce qui concerne les paysages des différentes époques traversées, les moyens de locomotion et les architectures d'antan. Cependant et compte tenu de la gravité du propos, l'émotion et l'empathie qui auraient dû jaillir des pages ne parviennent pas à se dégager pleinement des visages des protagonistes et des sentiments qui les animent au fil des tragédies personnelles endurées.

Globalement, Gravé dans le sable est un polar robuste, tenace et attrayant ancré sur fond de Seconde Guerre mondiale. Un drame au sein de l'horreur, là résident toute sa force et toute sa singularité.

Moyenne des chroniqueurs
6.0