Babylone (Giroud-Galandon-Nicloux) 1. La traque

B abylone, comme le nom de cette agence spécialisée dans l'extraction de personnes d'endroits plutôt sensibles. Babylone, comme le nom de la rue où elle a installé son siège. Babylone, comme « la porte des Dieux » en akkadien. Mais qu'est-ce qui se cache vraiment derrière ce nom ?

L'histoire, initiée par le regretté Frank Giroud et son complice Laurent Galandon, prend pour cadre l'Afrique Noire et plus précisément la région du Kivu. Source d'inspiration depuis quelques temps pour le neuvième art (Kantaga, Kivu) elle est aussi attractive pour ses richesses en minerais et donc cible de convoitises autant par les européens que par les dirigeants en place, le territoire est propice aux petits arrangements sur fond de conflits armés. À travers les yeux d'une barbouze à l'équilibre précaire, comme celui de cette province de la République Démocratique du Congo, les scénaristes brossent un portrait peu amène des politiques de tous horizons. De son trait réaliste, Philippe Nicloux habille cette aventure avec à propos même si, parfois, les expressions de ses personnages surprennent.

Son découpage comme sa mise en scène donne un dynamisme qui colle parfaitement au rythme soutenu des événements. Bourré d'action, documenté et bien mené, ce premier acte pose les bases d'une histoire où les rebondissements sont aussi nombreux que les dangers. Sans livrer toutes les clés de leur histoire, les auteurs accrochent le lecteur et laissent entrevoir de multiples possibilités pour la suite. Avec des personnages crédibles, certains attachants d'autres détestables à souhait, l'envie de connaître le dénouement est réel.

Une grosse mise en place, généreuse et prenante. Voilà qui annonce une aventure intéressante et dépaysante. Rendez-vous est pris pour le prochain tome, L'Évasion.

Moyenne des chroniqueurs
6.0