Asadora ! 1. Tome 1

A lors qu'un typhon est sur le point de frapper le port de Nagoya, la jeune Asa Asada court les rues pour avertir le docteur de l'accouchement imminent de sa mère. Même si ce n'est pas la première naissance de la fratrie, la situation presse et la petite laisse le soignant se précipiter au chevet de sa patiente. Elle rentrera à pied. Ce ne sont pas les rumeurs d'enlèvements qui bruissent depuis quelques jours qui vont effrayer Asa !

Le mangaka affiche dès le titre (dérivé d'une série télévisée japonaise fleuve des années 60) sa volonté de travailler au long cours et de privilégier une approche « feuilletonnante ». Les connaisseurs de son œuvre ressentiront d'ailleurs, pour leur plus grand bonheur, certaines sensations procurées par la lecture de son 20th Century boys, un modèle du genre. Mais au-delà de cette volonté, ce premier volume s'avère réussi et terriblement efficace. À sa manière particulière, Urasawa parvient en un chapitre à poser une ambiance prenante. Une fois passée l'introduction et cette scène de destruction. Cela commence par une scène d'apocalypse frappant Tokyo en 2020, puis c'est la découverte de son héroïne, quarante plus tôt. Issue d'une famille nombreuse, au point que les villageois se trompent sur son prénom, Asa est d'emblée sympathique. Énergique, la gamine galope, virevolte et ses premiers échanges montrent qu'elle n'a pas froid aux yeux lui donnant même un côté quelque peu frondeuse.

Le créateur de Billy Bat et Monster se sert de cette vitalité pour présenter les protagonistes de l'histoire. Tous ont ce petit quelque chose d'intrigant, qui fait naître la curiosité au premier coup d'œil et les rend attachants. En plus de s'appuyer sur la catastrophe naturelle pour créer l'urgence, le mangaka axe sa narration sur des huis-clos hypnotiques où la verve d'Asa trouvera à chaque fois un écho différent. Tantôt comiques, décalées ou pleines de maturité, ces discussions étoffent son personnage central tout en posant les bases d'une intrigue qui décolle vraiment lorsque l'ampleur des dégâts prend forme et que la pénultième page ramène à un élément introduit au début. L'art de brouiller les pistes et d'entretenir un suspense qui - espérons le pour le plaisir des lecteurs - risque de durer un peu.

Ce premier volume d'Asadora ! marque le retour sur un genre que Naoki Urasawa affectionne. Des phénomènes mystérieux, une tension qui monte crescendo et des personnages forts qui donnent envie de les suivre.

Moyenne des chroniqueurs
8.0