Le vagabond des Étoiles 1. Première partie

D arrel Standing est un meurtrier. Et il va mourir. Enfermé pour avoir tué son collègue le professeur Haskell, l'ingénieur en agronomie va découvrir les geôles américaines du début du XXe siècle en attendant la mort, par pendaison.

Après sa trilogie marine, Riff Reb's revient sur terre avec cette nouvelle adaptation d'un roman de Jack London. Pamphlet contre l'univers carcéral états-unien en général et contre la prison de San Quentin en particulier, Star Hover (titre original) est aussi une ode à l'imaginaire. Le corps enfermé, c'est l'esprit qui vagabonde et permet de survivre à cet enfer. L'ouvrage aura d'ailleurs un tel retentissement que la législation californienne évoluera et la camisole de force sera interdite pour les détenus de droit commun à la suite de la prise de conscience que la parution provoqua.

Pour restituer la force de cette histoire poignante, Riff Reb's déploie tout son talent. Et c'est peu de dire que son style sied autant aux scènes entre quatre murs (que la superficie délimitée soit plus ou moins réduite, d'ailleurs) qu'aux « évasions » du condamné. Usant de ses habituels aplats monochromes, l'artiste joue des clairs obscurs et des ombres pour que chacun des huit chapitres ressorte avec force. L'éventail d'expressions - la colère, la rage, la douleur, la peur - que ses personnages endossent lui permet également de donner une belle ampleur aux situations traversées. Dans un contexte aussi pesant, chaque (res)sentiment est exacerbé, ce que le dessin mi-réaliste, mi-caricatural, retranscrit parfaitement.

Mais le dessinateur et scénariste ne se limite pas à cela pour poser ses ambiances, faire rebondir l'intrigue et marquer le lecteur. Les passages fantastiques sont mis en scène avec intelligence et accompagnent idéalement les pérégrinations temporelles de Darrel. Ses multiples vies permettent à l'auteur du Loup des mers et de Qu'ils y restent d'exprimer son art dans des décors variés et moins austères qu'une cellule ou que l'isolement. Des dialogues bien écrits, une voix-off judicieuse et une lisibilité constante font partie des qualités de cette histoire prévue en deux volumes.

Terrain de jeu idéal à son trait délié et expressif, Le Vagabond des étoiles offre à Riff Reb's l'occasion d'une adaptation qui s'annonce dantesque. Une première partie toute en puissance et en fluidité qui appelle sa moitié au plus vite, tant cette entrée en matière s'avère réussie.

Moyenne des chroniqueurs
8.0