Kong Crew (The) 1. Manhattan jungle

K ing Kong a gagné... L'armée n'a pas pu venir à bout du gorille géant et la population a dû délaisser Manhattan. Depuis quatorze ans maintenant, personne ne s'y est aventuré et la jungle a englouti le paysage. Virgil, son teckel Spit et les autres membres de la « Kong Crew » sont sur le pied de guerre, le briefing du Colonel Pearl est clair : survoler la « zone » et localiser les intrus qui y ont pénétré. Une mission de reconnaissance banale en somme...

Baigné dans l’aviation depuis sa plus tendre enfance, Éric Hérenguel s'est plongé avec délice dans cette uchronie dès la fin 2015. Le temps pour lui de peaufiner son sujet et de coucher sur papier la trame de sa série et voici le premier tome. Sorti en avant-première au FIBD 2018, en anglais et en noir et blanc, il fut suivi un an plus tard par un second épisode. Ce sont ces soixante-quatre planches, colorisées et en version française pour l'occasion, que les éditions Ankama proposent de découvrir.

Pas la peine de tergiverser, l'auteur se fait plaisir et gâte son public ! King Kong donc, des avions et des bolides, des mâchoires carrées, des dinosaures, de jolies femmes et tant d'autres choses encore. Une liste qui peut effrayer mais le mélange prend, l'alchimie se fait, la magie opère. Comme un hommage aux artistes américains qu'il admire - difficile de ne pas penser à Mark Schultz et ses Chroniques de l'ère Xénozoïque - et aux comics (les pages de chapitre valent à elles seules le détour !) des années 50 en général. Éric Hérenguel a « gratté ses planches » sans s'économiser.

Les postures, les expressions, les look de ses personnages autant que les décors et les véhicules, le dessinateur se montre appliqué et offre des cases fouillées dans des mises en scènes soignées. Un dessin généreux, en somme, qui relègue au second plan les quelques approximations sur les visages, pour une histoire qui ne l'est pas moins. L'idée de départ a un petit quelque chose d'excitant - à se demander pourquoi personne n'y avait songé avant - et donne envie de tourner les pages frénétiquement. L'aventure et l'action sont au rendez-vous, portées par des personnages dont le côté caricatural est tellement assumé qu'ils en deviennent charismatiques. Un album aux allures de série B pulp, aux multiples clins d'œil et références dont les dernières planches feront trépigner d'impatience en attendant le second volet.

Fun, débridé et jubilatoire, The Kong Crew déboule de (presque) nulle part et renverse tout sur son passage. Un plaisir coupable qu'il ne faut pas bouder, tant ce premier tome s'avère être une belle surprise de cette fin d'année chargée.

Lire la preview du tome 1.

Moyenne des chroniqueurs
8.0