Mata Hari

L e 15 Octobre 1917, Margaretha Zelle fut exécutée au petit matin au fort de Vincennes entrant ainsi dans l’Histoire.

Il est des destins qui laissent une empreinte qui doit plus aux fantasmes collectifs qu’à la réalité historique. Celui de Mata Hari est de ceux-ci.

S’attachant à l’historicité des faits plus qu’à la fiction et ce jusque dans un dessin imprégné d’un réalisme à la beauté académique, Esther Gil et Laurent Paturaud livrent un album qui essaye de faire preuve d’impartialité et de désacraliser le mythe ! Si, sur l’instant, l’Armée française fit croire avoir exécuté une espionne afin de revigorer le moral de la Nation, elle créa sans le vouloir une légende… La jeune Néerlandaise qui passa sa vie à l’inventer n’aurait pu imaginer pareille fin. Mais vouloir réintégrer un tel personnage dans sa dimension humaine a-t-il un sens ? Dans le cas présent, la vérité importe-t-elle vraiment ? Fausse ingénue ou intrigante à la solde de l’ennemi, demi-mondaine ou danseuse érotique, amante libre de ses choix ou prisonnière de ses ambitions, manipulatrice ou manipulée… cette sulfureuse égérie du début du XIXe était une personnalité par trop complexe et cosmopolite pour l’époque et chacun peut retrouver en elle ce qu’il recherche !

L’Histoire a depuis longtemps oublié Margaretha Zelle, il n’en est pas de même pour Mata Hari. Cette nouvelle pièce versée à un dossier déjà fort conséquent n’apporte pas d’éléments nouveaux pour ceux déjà au fait de sa vie. Il n’en reste pas moins un trait qui magnifie l’éclat d’une femme qui sût en user.

Moyenne des chroniqueurs
5.0