Tiananmen 1989. Nos espoirs brisés 1. Tiananmen 1989. Nos espoirs brisés

E n 1977, la Chine met officiellement un terme à la révolution culturelle. Commence alors une nouvelle ère articulée autour de quatre « modernisations » : agriculture, industrie, défense nationale, de même que sciences et technologies. Pendant une décennie, le pays goûte ces changements accompagnés de prospérité. À la fin des années 1980, la population a soif de démocratie. Pour cela, elle compte sur le politicien Hu Yaobang, mais ce dernier décède inopinément. Lors de ses obsèques, les étudiants occupent pacifiquement la place Tiananmen. Leur présence irrite cependant le gouvernement qui n’attend qu’une occasion pour passer à l’attaque. Il le fera deux mois plus tard… sans réel prétexte.

Le scénario est cosigné par deux nouveaux venus dans le monde de la bande dessinée : Lun Zhang, une des figures marquantes du mouvement, devenu professeur en France, et le journaliste Adrien Gombeaud. Il adopte la forme d’un long reportage documentant avec précision la crise. Le point de vue est essentiellement celui des jeunes avec, par moments, le regard des médias étrangers venus couvrir le soulèvement et quelques incartades du côté des dirigeants. Le résultat, austère, propose un bon résumé du printemps de Pékin et de ses enjeux.

Dans ce projet, le dessinateur Amazing Ameziane joue un rôle de soutien. Son travail consiste à situer les lieux, présenter les personnages et rendre compte de l’esprit régnant. Ses illustrations n’en demeurent pas moins agréables ; en quelques traits de crayon, il arrive à transmettre une émotion et à croquer l’essentiel d’un décor ; juste assez pour que le lecteur prenne la mesure du drame, sans l’exagérer ou l’amoindrir.

Finalement, les événements de la place Tiananmen, c’est plus qu’un homme qui se tient debout devant les tanks.

Moyenne des chroniqueurs
6.0