Dans un rayon de soleil

M ia vogue vers les étoiles à la recherche de vestiges à préserver de l’oubli, mais aux confins des mondes connus son propre passé l’attend.

Il est des albums qui ne laissent pas insensibles, Dans un rayon de soleil est de ceux-ci, à divers titres d’ailleurs.

D’abord par son aspect, plus de cinq cent cinquante pages, un pavé ! Ensuite par son scénario…. À l’évidence, Tillie Walden a beaucoup de choses à dire et son postulat d’une société sans hommes, quoique masculinisée, est un parti pris narratif qui suscitera immanquablement nombre d’interrogations. Pour ce qui est du rythme, après une première partie utile à défaut d’être nécessaire, le récit s’emballe et prend une nouvelle dimension créant une dichotomie pour le moins étrange. Enfin, par son graphisme : à la fois adolescent et d’une grande maturité. Ainsi, la jeune Texane dessine aux feutres et à la palette graphique les contours d'un univers coloré, onirique et inventif... loin des repères habituels.

Naïf, parfois à la limite de l’infantile ou du simplisme, mais également imaginatif, émouvant et travaillé, cet album souffle le froid puis le chaud et pourrait déchaîner les passions.

Moyenne des chroniqueurs
7.0