Une Maternité rouge Une maternité rouge

F uyant la misère et la violence, des migrants voient dans l’Occident leur seule planche de salut pour une vie décente et sécuritaire. Le chemin qui relie ces deux mondes est dangereux et même mortel pour certains. Pourtant, malgré les distances et les différences, Nord et Sud se côtoient depuis presque toujours et des routes existent. Preuve en est ces merveilles qui peuplent les musées, telle cette Maternité rouge témoin d’un passé aussi troublé que les temps présents.

Entre fable moderne et cri du cœur, Lax raconte l’odyssée tragique d’Alou. De son village malien à Paris, le récit suit le jeune homme tout au long de son voyage. Outre un peu d’espoir et beaucoup de courage, il a dans sa besace une statuette ancienne. Serait-ce sa clef pour se faire accepter en France ? Échoué aux portes du Louvre, il finira par la remettre à des sages en blouse blanche qui sauront la faire parler. Avant d’arriver au pied de la célèbre pyramide de verre, le scénario aura survolé les relations asymétriques qui se sont installées entre la métropole et ses anciennes colonies durant les les soixante-dix dernières années. Le programme est ambitieux et l’argumentation pas toujours très subtile. L’ensemble est néanmoins immensément sincère et narré d’une main de maître. Lieux et temporalités se répondent naturellement et l'émotion prend souvent à la gorge.

Graphiquement, le dessinateur fait également démonstration de toute l’étendue de son talent. À la façon d’un Emmanuel Lepage, il montre la puissance des éléments, dépeint les peurs avec précision et use juste ce qu'il faut de romantisme quand la Nature reprend ses droits. Seules les couleurs un peu passées et monocordes restent en retrait. Grise et délavée, la palette de Lax est un peu à l’image du ton mélancolique de la narration.

Propos nourris par l’actualité et les préoccupations du moment, Maternité rouge est un ouvrage poignant finement documenté et admirablement réalisé.

Moyenne des chroniqueurs
7.0