Valhalla hotel 1. Bite the bullet

U n duo composé d'un taiseux aux longs cheveux et d'un petit, volubile, gras et dégarni. Une bourgade perdue au milieu du Nouveau-Mexique. Des cochons, une forte communauté allemande, un shérif un peu dépassé, du métal et... du ping-pong.
En route pour le Valhalla Hotel !

Plutôt habitué aux récits historiques (Forçats) voire conflits mondiaux (Kersten, Darnand), revoilà le duo Pat Pernat et Fabien Bedouel dans un style... inattendu. Sur une idée du second, ils ont imaginé une histoire totalement déjantée où l'humour, omniprésent, le dispute au ridicule et à l’incrédulité.

Car, de réalisme il n'en sera pas question, hormis dans les dessins, précis, de Fabien Bedouel. À la manière de Merwan (issu lui aussi de l'ENSAD Paris) qui avait épaté son monde avec sa Mécanique Céleste, le dessinateur fait évoluer son trait pour livrer une prestation de haute tenue, tant par sa fluidité que par sa mise en scène. Sur un rythme endiablé, les auteurs font vivre mille et une galères à leur improbable binôme. Bloqués dans un trou perdu, ces derniers se retrouvent à devoir côtoyer une brochette de locaux tous plus bizarres et dérangés les uns que les autres. Grâce à des dialogues qui font mouche et un suspense qui monte crescendo, Pat Perna tient son lectorat en haleine jusqu'au bout en ne lui laissant aucun répit pour émettre le moindre doute sur les évènements qui se déroulent sous ses yeux. Une fois les soixante-deux planches terminées, un franc sourire barre le visage avec l'impression d'avoir lu un OVNI qui n'a rien à envier à Il faut flinguer Ramirez (Pétrimaux chez Glénat) ou Streamliner (Fane chez Comix Buro). Bluffant, un poil régressif et terriblement prenant.

Second degré, fun, désopilant Bite the bullet pose les bases d'un thriller efficace. De quoi ressortir ses raquettes de ping-pong en attendant la suite de ce triptyque prometteur !

Lire la preview.

Moyenne des chroniqueurs
5.7