L'une pour l'autre L'Une pour l'autre

Q uelque part en Suède, trois amies d’enfance : Aïda, Tess et Marlène, déjà rencontrées dans le précédent livre de l’écrivaine, Ce qui se passe dans la forêt (elle signait alors Hilda-Maria Sandgren). Elles ont 16 ans, ne sont plus des gamines, pas encore des adultes. Leur vie est ponctuée de fêtes, de conflits avec les parents, sans oublier l’amour et l’apprentissage d’une sexualité parfois heureuse, parfois pas.

Il y a peu d’histoire dans L’une pour l’autre. Le lecteur y croise les incontournables d’un feuilleton américain destiné aux adolescentes (longs bavardage au lit, viol, homosexualité, besoin d’émancipation, etc.), mais il peine à trouver un véritable moteur narratif. Même l’agression est traitée d’une telle façon qu’elle lui semble banale. Les scènes sont par ailleurs interminables : vingt-trois planches consacrées au rasage de la tête d’une des jeunes filles, c’est beaucoup. Spécialement quand la moitié des cases sont muettes ou simplement ponctuées d’onomatopées.

L’auteure assure également le dessin. Son travail dépasse malheureusement rarement le niveau du crayonné. Quelques décors retiennent l’attention, mais, dans l’ensemble, les illustrations sont grossières. C’est d’autant plus problématique que le texte est rare et que le bédéphile cherche désespérément à se raccrocher à des éléments consistants.

Un album brouillon qui laisse sur sa faim.

Moyenne des chroniqueurs
4.5